Impressions à Montmartre au musée de Montmartre



Il fut un temps, voici déjà plus d’un siècle, où Montmartre abritait les acteurs les plus influents de l’Europe artistique et littéraire. C’était les années 1900. Ces années où les femmes fardées dansaient le French Cancan dans des cabarets peuplés d’hommes à l’esprit délié par l’absinthe. Ces années qui succédaient à l’impressionnisme et précédaient les grandes avant-gardes du XXe siècle, fauvisme, expressionnisme, surréalisme... Ces années où « la révolution de la couleur » modifia durablement l’art sur papier et notamment la gravure à l’eau forte. Deux noms incarnent cette révolution : Eugène Delâtre et Alfredo Müller. Grand maître de l’eau forte, Delâtre collabora avec de nombreux artistes de la Butte dont Picasso, Toulouse-Lautrec, Signac, Steinlen, Müller ou encore Valadon qu’il recevait dans son atelier de la rue Lepic. Il y développait le procédé de l’eau forte en couleur, technique de gravure qui consiste à graver le métal à l’aide d’un acide. Les gravures de l’artiste représentent pour la plupart des vues de Montmartre, de sa vie nocturne, de ses ruelles battues par le vent où l’on respirait encore l’air de la campagne. Certaines œuvres comme Le grand-père et l’enfant affichent un style où l’on ressent l’influence de l’estampe japonaise aussi bien que celle de l’illustration russe de la fin du XIXème siècle, et plus particulièrement du travail de l’artiste russe Ivan Bilibine. Les représentations de Montmartre proposent quant à elles un langage plus vif où la rapidité de l’exécution prime. L’exposition réunit en outre quelques portraits empreints d’une sensibilité sincère : père et fils de l’artiste, l’artiste lui-même, l’écrivain Huysmans... Parisiennes typiques et prostituées se côtoient. L’artiste se risqua même à dresser le portrait presque sensuel de la mort sous les traits d’une femme vêtue d’un manteau de fourrure enneigé. Quelques célébrités de l’époque comme Sarah Bernhardt, Jane Avril ou Cléo de Mérode ressuscitent également à travers l’œuvre d’Alfredo Müller.

L’exposition Impressions à Montmartre rassemble une centaine d’œuvre au 12 rue Cortot, dans cette maison du XVIIème qui surplombe les vignes et où Auguste Renoir, Suzanne Valadon, Émile Bernard et les fauves Émile-Othon Friesz et Raoul Dufy installèrent leur atelier. La bohême d’hier vit encore entre ces murs où l’ombre de Renoir nous guette…

IMPRESSIONS À MONTMARTRE - DELÂTRE, MÜLLER, 14 septembre 2013 au 12 janvier 2014, , 12-14 Rue Cortot, 75018 Paris ,Metro: Lamarck-Caulaincourt. 

 










Texte : Anna Bogdanoff