Bibliologie, Livres et éditions d’artistes au FRAC Haute-Normandie

C’est un peu comme si on entrait dans une bibliothèque. Une bibliothèque peu ordinaire où les vitrines se sont substituées aux rangées d’étagères et où les œuvres d’art ont remplacé les rayonnages de livres. La comparaison ne s’arrête pas là : les œuvres nous sont présentées selon le principe de Classification Décimale Universelle, système mis en place en 1905, qui propose de classer les livres en 10 catégories (numérotées de 0 à 9), en les regroupant par domaines de savoir, tels que la philosophie, l’histoire ou la littérature. Il est donc bien question de livres dans cette exposition organisée par le FRAC Haute-Normandie.

Issus d’un fonds de 600 pièces, réalisées par 200 artistes et collectionnées par le FRAC depuis 1986, les livres et éditions qui nous sont ici montrés à voir sont des œuvres d’art à part entière. Employé surtout après les années 1960/1970, à l’époque où l’art se pose en concept, le livre d’artiste est né de la volonté de s’affranchir des codes formels classiques. Offrant de multiples possibilités plastiques, c’est un médium qui convoque de nombreuses techniques telles que la typographie, la photographie ou encore le collage, techniques qui s’invitent tout au long du parcours, comme autant d’échos aux œuvres exposées. La vidéo n’est pas en reste et intervient également comme pour donner vie au support papier, à l’image de la performance filmée de Maxime Verdier articulant des sons, plutôt insolites, qui s’avèrent être les O dont sont remplies les pages de Book, l’œuvre de Jonathan Monk qu’il est en train de lire.

Donnant à voir des grands noms de l’art contemporain tels que Kiki Smith ou Gilbert & George et des pionniers du livre d’artiste comme Claude Closky, Bibliologie nous éclaire sur une très belle forme d’art encore mal connue du grand public. 

 

Bibliologie, jusqu’au 20 avril 2014, de 13H30 à 18h30, FRAC Haute-Normandie, 3, place des Martyrs-de-la-Résistance, 76300 Sotteville-Lès-Rouen.

 

Texte : Quitterie Vallet

 Photos : Hélène Martinez